Compte-rendu de la séance 29 novembre 2017 (Séance 1)

Première réunion du groupe de travail

« Intervention Sociale et Radicalisation » (ISR)

Pour cette première séance d’ouverture, le groupe de travail reçoit Monsieur Elyamine Settoul , maître de conférence au CNAM.

 Présentation du groupe et de ses objectifs :

Partant du constat qu’il existe peu d’espaces d’échanges pour les travailleurs sociaux sur les questions de « radicalisation » – que ce soit au sein de leurs institutions respectives ou au niveau des dispositifs nationaux – ce groupe de travail se donne pour objectif de mettre en perspective le phénomène de la “radicalisation” avec les différents enjeux épistémologiques, pratiques et éthiques du travail social. Cet espace innovant permettra de favoriser le dialogue entre chercheurs et praticiens sur ces thématiques.

 

Il est ainsi question de constituer un espace de réflexion permettant de valoriser les expériences, les dispositifs et les pratiques professionnelles sur ces questions en travaillant sur les différentes formes de « radicalisations » qui touchent aujourd’hui notre société.

 

Intervention de Monsieur Elyamine Settoul :

 

Monsieur Settoul souligne que le champ du travail social, dans sa diversité, est aujourd’hui confronté à la question de la « radicalisation », et que cela provoque un certain nombre de questionnements chez la plupart des travailleurs sociaux, pour plusieurs raisons :

 

  • un déficit général de formation sur les questions d’immigration, d’ethnicité ou de manière plus générale sur le fait religieux, en particulier islamique, ce qui rend son appréhension et sa compréhension particulièrement complexes ;
  • sur un volet plus sociologique, un rapport au religieux assez éloigné des travailleurs sociaux qui imprègne leur socialisation professionnelle ;
  • une certaine forme de méfiance entre le travail social et le champ de la sécurité qui se réactualise au travers de la mise à l’agenda de la question de la « radicalisation ».

 

Dans le même temps les travailleurs sociaux sont des observateurs privilégiés des tendances et des dynamiques générales parcourant la société, et peuvent permettre de contribuer à objectiver ces phénomènes, d’où leur rôle fondamental en matière de prévention et de lutte contre la « radicalisation ».

 

Monsieur Settoul présente ensuite les travaux issus de sa thèse de doctorat qui portent sur l’engagement des jeunes issus de l’immigration au sein de l’armée française.

 

Il décrit un idéal type d’engagement particulier, « en rupture », qui présente différentes caractéristiques :

 

  • des origines religieuses mythifiées ;
  • la valorisation d’un capital physique ;
  • des situations de décrochage scolaire ;
  • la recherche d’une solidarité fraternelle ;
  • une volonté de trouver un cadre normatif structurant ;
  • la quête d’une identité positive et d’un mode de revalorisation de soi.

 

 

Monsieur Settoul indique que l’on peut, dans une certaine mesure, retrouver certaines de ces caractéristiques dans les processus d’engagement dans des trajectoires de radicalisation.

Échanges entre les participants :

 

Sur la question de la valorisation du capital physique, un participant fait remarquer que certains processus de radicalisation se caractérisent effectivement par une forme de culte du corps, qui traduit l’accès à un statut revalorisé (puissance, respect par exemple). On relève aujourd’hui de plus en plus de cas de « radicalisation » où la socialisation radicale s’est faite dans le cadre d’une association sportive.

 

Concernant l’appréhension du fait religieux par les travailleurs sociaux, un participant indique que cela été particulièrement vrai il y a trois ou quatre ans, mais que les choses changent progressivement. De nombreuses expériences de terrain montrent que les travailleurs sociaux sont désormais mieux formés, et travaillent sur certains territoires avec des représentants du culte. Dans le même temps, si la question de la religion doit être abordée, le travailleur social travaille par définition sur le social et ne doit donc pas mélanger son discours avec le discours religieux.

 

Un participant souligne que la question n’est pas tant d’avoir une connaissance très précise des textes religieux (coran, hadiths, etc.), mais plutôt une culture générale historique pouvant servir de point de repère. La question du religieux est toujours difficilement abordée en formation. Toutes les équipes ne semblent pas prêtes pour traiter cette question et la question de la radicalisation joue un rôle d’inhibiteur qui empêche de s’exprimer sereinement sur le religieux.

 

Une participante pose la question de savoir comment réagir face à un discours religieux, surtout lorsqu’il est déstabilisant car très rigoriste. Les travailleurs sociaux sont souvent renvoyés à une éthique personnelle, il n’y a pas de corpus constitué sur cette thématique, et les réactions sont souvent individuelles. Depuis les années 1980, les travailleurs sociaux sont en difficulté sur la question du fait religieux. Cela est d’autant plus palpable dans le contexte actuel.

 

Un participant souligne que la difficulté est que l’on ne sait toujours pas ce que recouvre scientifiquement la notion de radicalisation. Il n’existe toujours pas de consensus sur cette question, et selon sa propre définition, le rôle assigné au travail social va être différent. S’agit-il de prévenir de manière large l’islamisme ? Est-ce par exemple à la prévention spécialisée, dont le financement a été mis à mal dans de nombreux territoires, de s’occuper de cette question ? Comment peut-on intégrer la question du fait religieux, qui occupe des espaces qui ont été laissés à l’abandon par certaines politiques publiques ?

 

Un participant souligne que la notion de radicalisation est aujourd’hui focalisée sur l’islam, et que l’on ne prête pas attention aux groupuscules d’extrême droite, qui peuvent eux aussi faire preuve de violences. Certaines cellules sont particulièrement bien organisées et structurées, en particulier dans certains territoires ruraux.

 

Une participante souligne que le champ d’action primordial sur cette question est celui de la prévention primaire, au démarrage de tous ces phénomènes. La prévention doit être l’objectif principal et concerner l’ensemble des publics jeunes. Il faut notamment penser cette prévention dans le champ de la protection de l’enfance.

 

Un participant pose la question de ce qui sépare justement l’intégration dans l’armée de l’engagement au sein d’un mouvement jihadiste ? Existe-t-il d’autres caractéristiques semblables ? Le chercheur Olivier Roy avance en effet qu’il y a une surreprésentation de la 2ème génération concernant l’engagement dans les mouvements jihadistes et que la justification religieuse n’est pas le point central. Le participant demande l’avis de Monsieur Settoul à ce sujet.

 

Monsieur Settoul met en avant la question de la « contenance », il souligne que l’engagement dans l’armée, comme l’engagement, dans une certaine mesure, au sein d’un mouvement jihadiste, propose quelque chose de fort en termes de significations symboliques et de projection dans un espace de sens. Il indique qu’aujourd’hui un certain nombre de leviers d’intégration sont brisés, et que Daesh pose un discours politique binaire qui fait sens pour un certain nombre de jeunes dans ce contexte.

 

M. Elyamine Settoul affirme qu’il existe effectivement de nombreuses formes de radicalisations et rejoint Olivier Roy quand ce dernier dit que le salafisme n’est pas l’anti-chambre du jihadisme. Plutôt que d’adopter une grille de lecture exclusivement religieuse, Monsieur Settoul souligne qu’il convient de s’intéresser à la trajectoire sociale des individus. Comment expliquer, par exemple, que cette forme d’engagement concerne autant de jeunes femmes qui ont subi des agressions sexuelles ? Concernant la question des secondes générations, Monsieur Settoul observe, comme le sociologue Farhad Khosrokhavar, que beaucoup de jeunes issus de la seconde génération vivent une situation de double absence, avec un malaise institutionnel et familial que la société ne parvient pas à résoudre en faisant coexister de manière sereine dans un grand projet intégrateur différentes identités et origines.

 

Un participant souligne que qu’on ne peut cependant pas écarter le lien entre le salafisme et le jihadisme, car certains connexions dans les discours politico-religieux sont évidentes. Il estime que le jihadisme se nourrit en ce sens d’un discours religieux salafiste.

 

Monsieur Settoul souligne que des convergences idéologiques n’entraînent pas pour autant des liens sociologiques et qu’il rester prudent sur l’automaticité de la relation entre salafisme et jihadisme.

 

Un participant indique que selon lui la radicalisation est un processus adolescent qui pousse vers des identités clivantes. Ce n’est pas un phénomène nouveau. La radicalisation n’est pas que religieuse et la société toute entière se radicalise aujourd’hui.

 

Une participante demande à Monsieur Settoul en quoi le formatage militaire peut être assimilable au formatage idéologique et militant jihadiste.

 

Monsieur Settoul répond que le formatage militaire permet de combler un vide et offre un cadre structurant, une estime de soi ainsi que la reconnaissance d’une compétence physique particulière. Dans le même temps, il a remarqué dans le cadre de ses analyses que l’intégration que permet l’armée peut parfois être mise à mal, notamment lorsque les engagés sont victimes de discriminations et que le fossé entre le « eux »et le « nous » se réactualise au sein de l’institution militaire.

 

Une participante explique qu’il convient aujourd’hui d’expérimenter, de confronter les jeunes à des choses différentes pour leur permettre d’évoluer dans leurs discours et représentations. Il faut véhiculer une vision positive de la citoyenneté. Et cela passe par de la prévention primaire mais aussi dans le cadre de l’accompagnement individuel. Concernant cet accompagnement, tous les professionnels du travail social n’ont pas les mêmes ressources et n’interviennent pas dans la même temporalité, le même espace ni le même cadre. Le lien de confiance, qui peut permettre de travailler ces questions, ne peut pas se créer de la même manière à chaque fois.

 

Un participant souligne que le constat est finalement assez inquiétant, car les travailleurs sociaux semblent être très mal à l’aise avec ces questions alors qu’ils sont censés être à la pointe des réflexions et en première ligne. Il remarque que l’éducation nationale est également très gênée sur ces questions. Il rapporte que dans certains établissements, dès qu’un élève pose des questions ou tient un discours provocateur, des décisions d’exclusion sont très vite prononcées, là où il conviendrait au contraire de renouer le dialogue.

 

Monsieur Settoul répond à une question sur la « déradicalisation » et le désengagement. Il explique qu’il existe une tendance aujourd’hui à dépolitiser le phénomène. Les gens qui s’engagent ne sont pas victimes d’un lavage de cerveau mais adhérent à un projet politique et religieux qui leur parle. Bien sûr, il est possible de se « déradicaliser », de se « désengager », la clé réside dans la perspective et le projet que l’on offre à ces personnes.

Conclusion :

 

Les organisateurs du groupe de travail remercient les participants pour leurs prises de paroles ainsi que Monsieur Settoul pour son intervention.

 

Plusieurs questionnements ont émergé de la discussion :

 

  • la définition et le prisme d’analyse de la notion de « radicalisation » avec la nécessité d’explorer le lien entre salafisme, dangerosité et radicalisation qui est toujours sujet à débats ;
  • la nécessité de mettre en perspective l’ensemble des radicalisations, sociales, politiques et religieuses et de ne pas uniquement se focaliser sur la radicalisation en lien avec l’islam ;
  • l’appréhension du fait religieux dans le champ du travail social, qui reste complexe pour toute une série de professionnels ;
  • le rôle et les moyens du travail social face à la question de la radicalisation, et notamment d des questionnements concernant les espaces de son intervention : prévention primaire, accompagnement des situations, prise en charge des mineurs de retours de zone irako-syrienne…

 

Plus généralement, cette première séance a permis d’ouvrir les échanges, de faire émerger différent questionnements et d’agréger une pluralité de points de vue.

 

 


2 réflexions sur « Compte-rendu de la séance 29 novembre 2017 (Séance 1) »

  1. DESJACQUES

    Il y’a -t-il d’autres séances de prévues?
    Je suis éducateur spécialisé et travail spécifiquement autour de cette question. Je serais fortement intéressé pour assister à une de vos séances.
    Cordialement

    Répondre
    1. Thomas Mattei Auteur de l’article

      Cher Monsieur Desjacques,
      Merci pour l’intérêt que vous portez à notre groupe de travail. Vous venez de recevoir un message dans votre messagerie électronique.
      Au plaisir de vous rencontrer lors de nos prochaines séances.
      Bien cordialement.
      L’équipe de l’ISR

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.