Compte-rendu de la séance du 24 janvier 2017 (Séance 2)

Deuxième réunion du groupe de travail

« Intervention Sociale et Radicalisation » (ISR)

 Pour cette deuxième séance, le groupe de travail reçoit Monsieur Xavier Crettiez (UVSQ, CESDIP, Science-Po Saint Germain en Laye), et d’une référente de parcours ASE au sein d’un service d’aide sociale à l’enfance francilien[1].

 

Intervention de Monsieur Xavier Crettiez :

Monsieur Crettiez souhaite revenir dans un premier sur la déconstruction du terme « radicalisation ».

Il indique que depuis les attentats de 2005 à Londres et ceux de 2015 à Paris, la préoccupation des autorités publiques pour les phénomènes de « basculement » de jeunes Français dans la violence de type « terroriste » a fortement réhabilité cette notion. La menace terroriste apparait désormais interne, et la notion de radicalisation va chercher à comprendre comment des individus en apparence intégrés ont pu se retourner contre leur propre société.

Monsieur Crettiez précise que dans le monde académique, alors que le concept de radicalisation était presque inexistant dans les deux principales revues anglo-saxonnes consacrées à la question du terrorisme (« Terrorism and Political Violence » ; « Studies in Conflict and Terrorism »), elle occupe désormais une place centrale : 3 % des travaux publiés sur le terrorisme étaient centrés sur cette notion entre 1980 et 1999, ils sont 77 % à en traiter à partir de 2006.

Selon le chercheur, les raisons du succès public de ce concept sont multiples et découlent notamment de l’impossibilité pour les chercheurs de dresser un portrait type du « djihadiste ». L’usage du terme « radicalisation » va servir à évacuer cette réflexion stérile sur les causes et mettre l’accent sur les processus, délaissant une analyse centrée sur le « pourquoi » pour adopter une approche fondée sur le « comment ».

Monsieur Crettiez indique que le terme « radicalisation » fait aussi l’objet de critiques qui tiennent à la fois à ses effets politiques et à une certaine imprécision quant à sa signification. La notion de radicalisation a pu d’abord être dénoncée comme un outil de stigmatisation et de sécurisation d’une communauté (musulmane) dont les pratiques culturelles étaient ainsi associées à l’usage de la violence.

Il souligne également que la notion a pu également sembler trop large, car certains chercheurs parlent de radicalisation dans le cas du phénomène japonais des jeunes adultes infantilisés et refusant toute socialisation, les hikikimori.

De ce point de vue Monsieur Crettiez indique que le terme peut entrainer une confusion entre des phénomènes divers comme le fondamentalisme, l’extrémisme et le terrorisme. Certains religieux peuvent en effet être radicaux sans être violents, et certains individus peuvent être violents et peu radicaux dans leur mode de pensée. Pour lui, établir un lien d’automaticité entre conduite religieuse stricte (le salafisme) et activisme violent (le djihadisme) est un raccourci qui ne tient pas compte de la multiplicité des formes de l’engagement salafiste.

De ce point de vue, il parle d’une forme de radicalisation de la recherche elle-même sur ces thématiques créant la confusion entre la « radicalisation comportementale » (violence) et la « radicalisation cognitive » (pensées). En France, l’analyse qui prévaut est que la radicalisation cognitive semble être un indispensable au passage à l’acte violent, qu’elle alimenterait et préparerait. Cette idée n’est partagée dans les pays anglophones.

Il y ainsi un grand débat aujourd’hui entre les positions de Gilles Kepel et d’Olivier Roy sur la place de la variable religieuse comme matrice explicative de la radicalisation, auquel il faut également rajouter deux autres écoles de pensées : celle de François Burgat qui développe une approche tiers-mondiste et celle de Fethi Benslama qui perçoit la radicalisation comme un surinvestissement de la violence permettant de devenir un autre que soi.

Au-delà de tous ces débats théoriques, Xavier Crettiez pense que la notion de radicalisation est intéressante car elle est processuelle, elle permet de mettre en perspective l’entrée dans la radicalité comme un apprentissage progressif et bat en brèche l’idée d’un basculement soudain. Elle permet également de dresser des parallèles avec des expériences de lutte diverses (mouvements nationalistes, d’extrême-gauche…). Enfin, elle permet d’éviter d’avoir une « vision pathologisante » qui verrait les jihadistes uniquement comme des fous.

 

Xavier Crettiez met en évidence trois niveaux d’analyse :

  • Un niveau macrosociologique tout d’abord qui s’intéresse aux contextes internationaux, aux doctrines et idéologiques mobilisées et aux raisons structurelles des engagements radicaux, que ce soit la ségrégation économique ou la marginalité politique, qui peuvent conduire un certain nombre d’acteurs à s’engager pour contester violemment une situation vécue comme injuste ;
  • Un niveau d’analyse mesosociologique qui s’intéresse à l’influence et au fonctionnement des organisations mobilisatrices ainsi qu’à l’importance des effets de socialisation relationnelle au sein de groupes plus ou moins structurés (il souligne sur ce point l’importance des nouveaux lieux de socialisation qui peuvent être des lieux de pratique sportive ou internet) ;
  • Un niveau microsociologique qui s’intéresse aux logiques psychosociales de l’engagement : fragilité mentale, désir de reconnaissance, reconstruction d’une identité et d’une estime de soi, volonté d’« escapisme »…

Intervention de Madame la référente de parcours ASE :

Madame pose la question de savoir comment accompagner des jeunes qui sont pris dans un processus d’embrigadement et qui ne sont pas suivis sur un volet pénal mais en assistance éducative.

Elle évoque le cas d’un jeune mineur suivi qui est à l’opposé des représentations que l’on peut avoir du public « à risque ». Issu d’une famille bourgeoise, sa trajectoire apparait non moins complexe : victime de violences dans le cadre scolaire, forts conflits parentaux et absence de limites éducatives, sentiment d’être rejeté qui l’entraine à la recherche d’un nouveau groupe d’appartenance. Le contact se fait alors progressivement sur internet avec un autre jeune qui est lui en Syrie. Le départ du jeune en Syrie se fait pressentir et l’enfant est alors hospitalisé pour une évaluation psychiatrique. Face à cette hospitalisation qui apparait contre-productive, il a été décidé de confier sa prise en charge à l’ASE.

Dans ce cadre, les professionnelles de l’ASE ont eu des difficultés à évaluer les motivations du jeune, qui banalisait son comportement ou ses propos et adoptait une attitude très lisse face aux professionnels. Cela questionne la pratique des agents de l’ASE, et met en évidence la difficulté de construire un accompagnement et un projet pour le jeune en l’absence de véritable investissement de ce dernier. De ce point de vue, elle souligne l’exceptionnalité de la prise en charge liée à la situation de « radicalisation ». Sans cette problématique, le jeune aurait certainement été rendu à sa famille.

Elle souligne qu’il n’existe aujourd’hui pas de procédures d’accompagnement adaptées, que les professionnelles essayent de déterminer en équipe les priorités, les stratégies d’accompagnement. Sur ce dossier, l’ASE a été appuyée par l’équipe de Monsieur Serge Hefez, et a travaillé l’idée du mal-être pour faire contrepoids à ce qui l’avait attiré au sein de ce groupe d’appartenance. Il a été décidé de proposer au jeune un séjour de rupture à l’étranger : le jeune est parti 9 mois dans un pays étranger pour qu’il puisse acquérir de la confiance en soi au travers de nouvelles expériences.

Aujourd’hui, une nouvelle pratique est en train de se construire, qui mériterait une plus grande collaboration entre les différents départements.

 

Monsieur Crettiez indique que plusieurs éléments font échos dans cette analyse de cas aux trajectoires de ses enquêtés :

  • La disponibilité biographique du jeune ;
  • La déstructuration familiale ;
  • Le rejet des instances de l’islam officiel avec une socialisation religieuse qui se fait sur internet.

Échanges avec les participants :

 

Un participant fait remarquer qu’il lui semble aujourd’hui possible de construire des typologiques de jeunes qui se radicalisent car de nombreux facteurs semblent revenir : problèmes familiaux, abus sexuels pour les jeunes filles, origine sociale… les jeunes de l’ASE semblent de ce point de vue constituer un public particulièrement sensible de par leurs fragilités particulières. C’est pourquoi il est important de travailler sur la prévention.

 

Par ailleurs un participant fait remarquer qu’il y a un véritable « embarras » des professionnels sur la question de la radicalisation, qui ne sont pas habitués à traiter la question du religieux, avec des jeunes qui sur-légitiment cette question dans leurs discours.

 

Un participant répond sur ce point qu’il est important d’appréhender la question de la radicalisation comme une autre fragilité sociale. Le religieux disparait assez vite dès lors que l’on analyse plus profondément la trajectoire sociale du jeune, qui remplace souvent une emprise ou une addiction par une autre. Les travailleurs sociaux sont outillés pour traiter cette problématique comme une autre mais ont des difficultés à l’appréhender.

 

Un autre participant souligne le sentiment de solitude qu’il ressent sur cette question en l’absence de formation adaptée ou d’espace de dialogue.

 

Un participant met en évidence la nécessité de travailler sur le rôle des parents en parallèle de l’accompagnement du jeune et de toujours analyser la place et le rôle de la parentalité dans ce phénomène.

 

Un autre participant fait remarquer qu’il y a un risque d’étouffement du parquet avec un « sur-signalement » de ces problématiques.  Avoir des idées radicales ne suffit pas toujours pour qu’un suivi éducatif soit mis en place. Il faut davantage se concentrer sur le passage à l’acte que sur la radicalité cognitive. Dans le même temps il ne faut pas non plus minimiser la question du risque.

 

Xavier Crettiez souligne que les idées sont importantes mais ne suffisent pas à créer de la violence. Il faut mettre en perspective notamment l’importance des rencontres qui permettent de franchir ce pas. Pour Monsieur Crettiez, il est nécessaire de produire un discours de doute dans l’esprit de la personne, qui doit être suffisamment légitime pour fonctionner. De ce point de vue, seul le discours religieux, qui possède une autorité scientifique pour les jihadistes, semble avoir assez de légitimité pour le chercheur.

 

Un autre intervenant estime qu’il convient plutôt de travailler sur les parcours, les fragilités sociales, les traumas de la personne et que le doute nait de la confrontation d’idées. Les travailleurs sociaux peuvent être capables de produire ce discours critique, et d’engager ce travail sur soi qui permet d’évoluer.

 

Conclusion :

 

Les organisateurs du groupe de travail remercient les participants pour leurs prises de paroles ainsi que les deux intervenants pour leur intervention.

Plusieurs questionnements ont émergé de la discussion :

  • La nécessité de penser la radicalisation comme un processus évolutif et non linéaire faisant intervenir des mécanismes multiples (cognitif, relationnel, de socialisation, psychologique).
  • La capacité de pouvoir établir des corrélations et de systématiser un ensemble de variables que l’on retrouve dans la plupart des engagements : socialisation familiale complexe, recherche d’une identité valorisante, etc.
  • La capabilité des outils du travail social à générer un accompagnement adapté et évolutif permettant de générer un changement chez le jeune, tant sur un plan cognitif que comportemental.

 

 

 

La séance suivante du groupe « Intervention Sociale et Radicalisation » (ISR) s’est tenue le jeudi 1er mars 2018, à l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM).

Cette séance a porté sur les tensions éthiques et pratiques qui traversent le champ du travail social dans le cadre notamment du « repérage » des signes de radicalisation. Le groupe de travail a reçu Madame Claire de Galembert (CNRS, Institut des sciences sociales du politique), ainsi que Madame Brigitte Bouquet (CNAM) et Monsieur François Chobeaux (CEMEA).

(Auteur: QD)

 

 

 

[1] Pour des raisons liées au respect de l’anonymat de la situation présentée au groupe, le nom de cette professionnelle ne sera pas mentionné dans ce compte-rendu.


1 réflexion sur « Compte-rendu de la séance du 24 janvier 2017 (Séance 2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.